Logo I.S.C.C.
Magasine des jeux en ligne

Medievil Resurrection


2005 | PSP

Cinq années après ses aventures sur Playstation première du nom, Sir Dan Fortesque revient une nouvelle fois d’entre les morts dans cette opus made in PSP baptisé Medievil Resurrection, en exclusivité sur la console de Sony et pour le plus grand bonheur de tous !

La mort lui va si bien !

Nombreux sont ceux les joueurs parmi vous connaissant déjà Medievil et son très reconnaissable héros malgré lui : Sir Dan Fortesque. Pour les autres voici un petit rappel. Dans les livres d’histoire de Potencie, Fortesque est un vaillant héros qui fit dont de sa vie lors d’une terrible bataille permettant ainsi la sauvegarde de son royaume. Comme bien souvent la réalité est tout autre… Sir Dan était en fait un chevalier au rôle des plus particuliers à la cour du royaume de Potencie : il était conteur et avait pour but de distraire son souverain et ses vassaux. Mais voici qu’un jour un terrible sorcier du nom de Zarok lança son armée contre le petit royaume et Dan se retrouva plonger au cœur de cette fameuse bataille. Mais cette dernière fut de courte durée pour lui puisque lors de sa première charge, il se prit une flèche en plein œil gauche rejoignant ainsi le royaume des morts. Cependant de cet acte ridicule les soldats présents retinrent « une charge héroïque » et firent de Dan un héros symbolique.

Près d’un siècle plus tard, le sorcier Zarok est de retour et compte bien en finir une bonne fois pour toute avec la Potencie. Dan est alors réveillé d’entre les morts afin de renouveler ses exploits pour mettre fin au plan diabolique du sorcier et ainsi prouver qu’il ne fait pas défaut à sa place d’héros.

Screen 01

Derrière cette histoire digne des plus grands comptes de fées se cachent en réalité un scénario parodique bourré d’humour où personne ne se prend au sérieux. Les développeurs n’ont donc pas hésité à mettre en mal leur propre trame scénaristique afin de séduire le joueur… Et ça marche ! Tout au long de l’aventure nous prenons un réel plaisir à parcourir le royaume de Potencie tant l’humour des protagonistes est omniprésent et l’envie de connaître le déroulement de l’histoire, pourtant assez prévisible, nous contient amplement.

Comme c’est beau un mort-vivant !

C’est en tout cas l’impression qui nous tient avec ce Medievil Resurrection tant la réalisation générale s’avère soignée. Nous sommes accueilli par un menu fort coloré à l’animation sympathique, tout comme le sont les autres menus du jeu. Les cinématiques, en plus de relevé d’un humour des plus appréciable comme précisé ci-dessus, sont largement concluantes et suffisent à nous prouver de quoi peut être capable la PSP en ses débuts d’existence.

Screen 02

L’évolution au cours du soft se fait dans des décors vastes, remplis de détails, le tout avec des graphismes assez beaux. Les personnages aussi ont bénéficié de ce soin particulier et c’est sans problème que l’on distingue le crâne garni de Sir Dan Fortesque de ses hordes d’ennemis. On peut cependant dénigrer quelques ralentissements lors de l’affichage de nombreux éléments à l’écran mais ceux-ci sont trop peu nombreux pour nous gâcher le plaisir de jeu. Les ennemis sont guères variés et tout au long du déroulement du soft l’on retrouve souvent les même zombies et autres squelettes à déchiqueter et à démembrer. Qu’à cela ne tienne, il sera toujours aussi jouissif de renvoyer ces créatures à six pieds sous terre. Autre détail qui peut s’avérer assez gênant, les niveaux manquent parfois de luminosité. En effet, même s’il ne faut pas oublier que l’on évolue dans des endroits comme des cimetières, cryptes et autres châteaux, il vous sera bien souvent impossible de jouer à l’extérieur en pleine journée tant l’écran de la PSP sera sombre. On est alors obligé de se trouver un petit coin d’ombre dans l’espoir que la luminosité augmente ne serait-ce qu’un peu… Plutôt gênant pour un soft sur console nomade.

Souple comme un squelette

Autre point, ce n’est pas du côté de la jouabilité que ce Medievil Resurrection fait défaut. Intuitif, complet et parfaitement adapté à la PSP, le gameplay répond à toutes nos exigences. Les combos d’attaques sont nombreux et s’associent parfaitement au très grand nombre d’armes qui nous sont proposées, de telles sortent que l’on se surprend à découvrir de nouvelles combinaisons d’attaques jusqu’à la fin du jeu. Pour déplacer Dan vous aurez la possibilité d’utiliser la croix multidirectionnelle ou le joystick, ce dernier offrant un confort bien meilleur et une facilité dans vos mouvements. Il en est de même pour l’utilisation des gâchettes. Celle de gauche vous servira à vous protéger alors que sa voisine de droite vous permettra d’une part de verrouiller un ennemi, d’autre part de recentrer la caméra pour éviter tout problème de ce genre. Il n’y a donc pas grand chose à remettre en cause du coté du gameplay si ce n’est l’utilisation répétitive de certaines touches (on avance et on se bat) qui parfois tend à montrer une pointe de lassitude.

La Potencie, un vaste royaume

En plus de nous proposer une aventure qui dépasse largement nos attentes dans sa durée de vie, Medievil Resurrection offre un mode multijoueur ainsi que bon nombre de mini jeux. Ces derniers dépassent la quinzaine et restent parfaitement dans l’esprit loufoque et glauque du jeu en proposant des challenges délirants comme du tir au canard, de la dératisation à la massue ou encore du tir à l’arbalète et à la mini-catapulte. Le tout dans une délicieuse ambiance fête foraine mortuaire. Le gameplay de chacun est à l’image de celui du soft, simple mais intuitif et très accessible. Bref un palliatif amusant et fort divertissant face à une aventure qui parfois, je le rappel, peut s’avérer répétitive pour certains joueurs. Et si toutefois votre soif de diversité n’était pas assez assouvie, il vous restera le mode multijoueur qui vous permettra, grâce au Wireless, de participer aux mêmes mini-jeux mais face à un ami. Que dire d’autre si ce n’est que le soft possède un fort potentiel de rejouabilité, ne serait-ce que pour ces petits jeux dignes d’un bon puzzle-game. A noter ainsi que les démos jouables de Wipeout Pure et de Fired Up sont accessibles depuis le menu du jeu.